L'Ermitage

L' Ermitage, Revue Mensuelle Illustrée De Littérature Et D'art - 

ERMITAGE (L'). Directeur, Henri Mazel. — Paris, 26, rue de Varenne.

Mensuel. 64 pages in-8°.

N°1 : avril 1890.

Nouvelle série ; directeur : Edouard Ducoté. — Paris, 18, rue de l'Odéon.

Mensuel illustré, 80 pages in-12, puis in-16.

N° 1 : janvier 1897.

René Boylesve, Dostoeiwsky, Edouard Ducoté, Paul Fort, Henri Ghéon, André Gide, Charles Guérin, Francis Jammes, Rudyard Kipling, Stuart Merrill, Montesquieu (Un Inédit) Hugues Rebell, Emmanuel Signoret, Emile Verhaeren, Francis Viélé-Griffin, Walt W, hors-texte de Albert Laurens, Charles Doudelet, Pierre-Eugène Vibert, Armand Point, Armand Rassenfosse, Toulouse-Lautrec, Théo van Rysselberghe, Jean-Pierre, Charles Lacoste, Charles Guérin, Lucien Alphonse-Daudet - Deux suppléments poétiques avec des poèmes de Edouard Dujardin, André Fontainas, Henri de Régnier, Saint-Pol Roux.

Fondée en avril 1890 et dirigée jusqu'en 1893 par Henri Mazel, L'Ermitage se voulait à l'origine la revue de la troupe d'acteurs et d'auteurs amateurs « Le Joyeux Lussac-Club ».

Dès ses débuts, elle défend le Symbolisme face à la génération montante d
u Romantisme et du Naturalisme.

En 1892 ses secrétaires de rédaction sont Adolphe Retté et René Tardiveaux (René Boylesve).

Parmi ses collaborateurs réguliers on trouve : Pierre Louÿs, Degron, Henri de Régnier, Rambosson, Vielé-Griffin, Laurent Tailhade, Charles Maurras.

On y trouve des articles d'histoire, de philosophie, de sociologie et des Chroniques régulières consacrées au théâtre (J. des Gâchons), aux beaux-arts (A. Germain), à la musique (Raymond Bouyer), aux sciences occultes (Pierre Valin), à l'art à l'étranger (W. Ritter), préludant ainsi à l'œuvre de synthèse que devait réaliser plus complètement le Mercure de France

Sous la direction d'Edouard Ducoté, une nouvelle série de l'Ermitage parait à partir de 1897 avec la collaboration de Remy de Gourmont, Charles Guérin, Henry Ghéon, Paul Claudel, Francis Jammes (Jean de Noarrieu) et André Gide.

En février 1898, L'Ermitage publie la chronique de Gide, A propos des « Déracinés » restée fameuse par sa question qui se prolongera dans la querelle du peuplier : « Né à Paris d'un père uzétien et d'une mère normande, où voulez-vous, Monsieur Barrès, que je m'enracine ?


http://www.remydegourmont.org/de_rg/autres_ecrits/revues/ermitage/notice.htm

ermitage.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site