Univers arts/sciences

Canguilhem, de l'art à la science

can.jpghttp://www.nonfiction.fr/article-6347-arts_et_sciences__lheritage_kantien_chez_georges_canguilhem.htm

La liberté "révolutionnaire" et formelle de Pablo Picasso

pablo-picasso-pablo20picasso.jpg
"Peintre, sculpteur, graveur et dessinateur. L’un des génies de l’art contemporain. Créateur du cubisme avec Georges Braque et Juan Gris et l'un des incontournables représentants de la Rive gauche à Paris artistique." Pablo Picasso, immense peintre mais aussi diable de poète . En 1935 il arrête soudainement la peinture pour se consacrer quelques temps à l’écriture, à la poésie. Il écrira environ quatre-cent poèmes, avec des stylos de différentes couleurs! Ce créateur génial, inspiré, s’adonnera à une écriture libre, spontanée, avec des phrases sans virgules, une poésie écrite un peu à la manière des surréalistes. On peut retrouver ou découvrir les poésies de Pablo Picasso, une trentaine environ, dans un livre qui lui est consacré.


pablopicasso-po-te.jpg
Les Demoiselles d’Avignon, l’une des oeuvres les plus célèbres de Picasso, constitue à la fois une synthèse du XIXe (l’Olympia de Manet, les scènes de harem composées par Ingres et Delacroix) et une ouverture vigoureuse vers l’art du XXe siècle. Picasso s’approprie pour les dépasser les innovations de Cézanne et des Fauves. Cette oeuvre, qui suscita des réactions passionnées, est le point de départ du cubisme, caractérisé par un langage géométrique et une multiplicité des points de vue. Observés de profil, de trois quarts, de face, de dos, les corps des femmes sont déformés ; les draperies qui entourent les modèles sont également représentées par des formes géométriques.
Influencé par l’art africain, Picasso abandonne au fur et à mesure le naturalisme au profit d’une peinture qui s’attache surtout au volume et à la structure formelle : c’est le début du mouvement cubiste dont il est le principal créateur avec Georges Braque

picassos-avignon.jpgPicasso s’inspire sans doute aussi directement des Cinq baigneuses de Cézanne pour la composition des Demoiselles qui connaissent au cours de leur création, plusieurs étapes intermédiaires. Pour traiter les 5 figures, Picasso passe d’une figuration arrondie à une figuration anguleuse renforçant ainsi les effets de mouvement et de tension entre les personnages. Il accentue le primitivisme des visages.

A l’instar  des arts primitifs, le tableau ne cherche pas à imiter la nature. Les Demoiselles d’Avignon rompent définitivement avec les conventions du visage humain. Picasso fait fi des canons esthétiques qui président traditionnellement à la représentation du nu féminin. Les corps sont déformés. La femme assise présente à la fois son dos et son visage. L’influence de l’art africain, qui se substitue à celle de l’orientalisme du XIXe siècle, est très nette dans les visages des deux femmes de droite.

La palette de couleur est assez restreinte. Les couleurs chaudes, du rose pâle à l’ocre rouge, dominent, notamment dans les corps des femmes. Cependant, des couleurs froides, blancs, gris, bleus, qui composent l’essentiel des draperies, offrent un violent contraste.
Les formes sont fréquemment soulignées par des contours blancs ou noirs qui accentuent leur déstructuration.
Les formes schématisées de la figure de gauche poursuivent les recherches engagées autour de l'art ibérique à cette époque. Elles témoignent déjà du désir du peintre de saisir l'essence des figures. Mais c'est avec les figures de droite, dans lesquelles Kahnweiler a vu « le début du cubisme », que Picasso accède à une représentation objective. Remaniées en juin 1907 suite à sa visite au Musée du Trocadéro, où sont présentés des objets tribaux, elles reprennent un principe de l'art africain qui consiste à montrer ce que l'on connaît et non ce que l'on voit.
Le premier principe du cubisme naît ainsi avec la femme du bas à droite, en qui Picasso réalise une synthèse de différents points de vue. On passe d'un mode pictural perceptif à un mode conceptuel. Quant à l'espace, engendré à partir des contours de deux types de figures, il est nettement sectionné en deux. Ces espaces abstraits, dénués de profondeur, rompent radicalement avec les règles de perspectives et le principe d'unité du style classique. L’espace, meublé par des draperies, est déconstruit, la perspective brisée, voire inexistante. L’accent est mis sur la verticalité. Même la nature morte, au premier plan, semble chuter vers le spectateur.
Par leur force et leur nouveauté, les Demoiselles d’Avignon constituent donc une oeuvre clé de l’art du XXe siècle.

pablo-picasso-reference.jpg
Pablo Picasso a été encouragé dans sa vocation artistique par son père, professeur de dessin. En 1901, il s'installe à Paris et décide de passer le reste de sa vie en France. Tenté un moment par le surréalisme, l'actualité politique le rattrape : il s'alarme de la montée du fascisme en Europe et particulièrement en Espagne. La toile 'Guernica' de 1936 est réalisée suite à l'annonce d'un massacre perpétré par les troupes de Franco dans un village du même nom. L'oeuvre est vite érigée en symbole de la Résistance. Picasso s'est également livré à la photographie, à la sculpture, à la gravure. Il a remis à l'honneur les dessins d'enfants, s'en inspirant largement pour ses oeuvres. Parfois considéré comme le plus grand artiste du XXe siècle, il ne fait aucun doute que Pablo Picasso a chamboulé l’art et la manière de l’appréhender.

La raison du fou - Salvador Dali

salvadordali1929.jpgla liaison arts et sciences chez Dali offre un espace d’exploration qui est loin d’être négligeable


dali-persistance.jpg"La persistance de la mémoire"

http://www.nonfiction.fr/article-6260-arts_et_sciences__les_melanges_dali.htm

Salvador Dali, son génie pictural, ses frasques et ses berlues, une fabuleuse rétrospective, 33 ans après celle qu'il mit en scène de son vivant, attire des milliers de visiteurs au Centre Pompidou à Paris jusqu'en mars 2013. 227 œuvres, peintures, sculptures, dessins, photos, installations, films, sont présentés dans un seul et même espace. Dali, artiste total, l'un des plus grands peintres du XXe siècle, avait rêvé d'une célébration si abondante autour de sa création.

RGAP - périmètre Arts et Sciences

Les éclairages protéiformes de Jean Cocteau

Jean Cocteau, poète protéiforme, génial touche à tout, graphiste, dessinateur, dramaturge et cinéaste, est décédé il y a 50 ans.
Il fut élu à l'Académie française en 1955.

Une passionnante mise en perspective de sa créativité au travers d'un millier d'oeuvres est exposée à Menton dans un nouveau Musée qui lui est dédié.

Portrait de Mme Favini - Quand Cocteau fait du Picasso (ils se sont connus en 1915)
cocteau1.jpg

Comptant parmi les artistes qui ont marqué le XXe siècle, il côtoya la plupart de ceux qui animèrent la vie artistique de son époque. Il fut l'imprésario de son temps, le lanceur de modes, le bon génie d'innombrables artistes et posa sa touche inspirée sur tout ce qu'il créa avec une grâce particulière, une originalité de tous les instants et une intuition rare. En dépit de ses œuvres littéraires et de ses talents artistiques, Cocteau insista toujours sur le fait qu'il était avant tout un poète et que tout travail est poétique.

"Nous parviendrons bientôt à l'abattre comme une bête puante" menaçait André Breton qui le détestait. Cocteau avouait : "On a fait de moi un personnage à qui je refuserais de serrer la main" et il ajoutait avec amertume : "Si je tourne un film, je dérange, si je peins, je dérange, si j'écris, je dérange. Il faudra que mon oeuvre attende d'être débarrassée de moi". Haï ou adulé, le poète comptait autant d'ennemis que d'amis et fut d'abord victime de l'image fantasque et dispersée qu'il avait voulu donner de lui.

Il tâte du symbolisme, se fait chahuter par les dadaïstes, cotoie bientôt tout ce que l'Europe produit de créateurs en tout genre : Satie, Aragon, Max Jacob, Gide, Picasso, Stravinsky, Diaghilev.   

Femme endormie - Cocteau anticipe les couleurs des portrait d'Andy Warhol
cocteau2.jpg
RGAP - périmètre Arts et Sciences

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site