La grâce posthume de Jim Morisson, rimbaldien, poète maudit

jim-morisson-by-kjybkuz.jpg
Jim Morrison, cet artiste feu-follet qui occupa la scène rock, se prit souvent pour son propre dieu ce qui est bien le propre du mythe.   Ce qui frappe,  parallèlement à son désintérêt pour le rock à partir de 1966, c’est le poète,  admirateur de Jack Kerouac et de quelques autres auteurs de la Beat Génération comme Allen Ginsberg ou Lawrence Ferlinghetti.  Le chanteur du groupe des Doors était d’abord et avant tout un visionnaire déjanté habité de William Blake et d’Arthur Rimbaud. Jusqu’à son overdose de star désespéré et fauché en plein cirque médiatique. Morrison écrivit même dans un poème devenu célèbre (Hurricane & Eclipse) :

« J’aimerais que la mort vienne à moi, immaculée ».

jim-morrison-3112-pjpeg.jpg
Voici le poème écrit par Jim Morrison, leader du groupe The Doors,
en hommage à Brian Jones, fondateur des Rolling Stones, retrouvé mort dans sa piscine le 2 juillet 1969 :

Ode to L.A. while thinking of Brian Jones, deceased.
Jim Morrison

I’m a resident of a city
They’ve just picked me to play
The Prince of Denmark

Poor Ophelia

All those ghosts he never saw
Floating to doom
On an iron candle

Come back, brave warrior
Do the dive
On another channel

Hot buttered pool
Where’s Marrakech
Under the falls
the wild storm
where savages fell out
in late afternoon
monsters of rhythm

You’ve left your
Nothing
to complete w/
Silence

I hope you went out Smiling
Like a child
Into the cool remnant
of a dream

The angel man
w/ Serpents competing
for his palms
& fingers
Finally claimed
This benevolent
Soul

Ophelia

Leaves, sodden
in silk

Chlorine
dream
mad stifled
Witness

The diving board, the plunge
The pool

You were the bleached
Sun
for TV afternoon

horned-toads
maverick of a yellow spot

Look now to where it’s got
You

in meat heaven
w/ the cannibals
& Jews

The gardener
Found
The body, rampant, Floating

Lucky Stiff
What is this green pale stuff
You’re made of

Poke holes in the goddess
Skin

Will he Stink
Carried heavenward
Thru the halls of music

No chance.

Requiem for a heavy
That smile
That porky satyr’s
leer
has leaped upward

into the loam

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×